02 janvier 2007

Fighting spirit à Pampelune

Avec un peu de retard, je reviens sur le tournoi de Pampelune qui s'est achevé par la retentissante victoire du Russe Alexandre Morozevitch, avec 6 points sur 7 (5 victoires et 2 nulles). A noter que la combativité était générale dans ce tournoi espagnol qui comprenait 8 participants, puisque, sur 28 parties disputées, seulement 10 se sont achevées par le partage du point, soit un taux de nulles remarquablement bas. A noter que le Français Christian Bauer, qui partait avec le plus faible Elo des compétiteurs, n'a pas du tout joué le rôle de victime que certains de ses petits camarades auraient sans doute aimé le voir tenir. Avec 4 points sur 7 et seulement 2 nulles, l'ancien champion de France a, comme à l'accoutumée, fait preuve d'un bon fighting spirit. J'ai donc choisi de vous faire revivre la partie qui l'a opposé (avec les Blancs) à Morozevitch. Une partie très animée et ce, dès le départ. Bauer, dont on ne sait jamais ce qu'il va jouer, a en effet sorti une ouverture que je n'avais personnellement jamais vue à ce niveau : 1. d4 d5 2. Ff4 !? Fg4 !? (voir diagramme ci-contre). "Moro", qui était homme à relever le défi, jouait le jeu. Bauer répliquait par 3. f3 !?, histoire de mettre du piquant dans le jeu en allant à l'encontre de toutes les sacro-saintes règles concernant le développement des pièces et l'affaiblissement des cases autour du petit roque.
Le Français n'allait pas trop mal se dépatouiller de cette ouverture non orthodoxe, d'autant plus que son adversaire sacrifia un pion. Mais son petit avantage allait s'évanouir rapidement. Après le 22e coup des Noirs (voir diagramme ci-contre), Bauer joua 23. Td1, permettant une sympathique combinette de la part du Russe : 23... Cxf3 ! un pseudo-sacrifice habile. Les Blancs jouent 24. Fxf3 Fxf3 25. Rxf3 Txe4 ! 26. Dxe4 Dxc5 récupère la tour en l'air. Le simple 23. Thc1 aurait évité le problème en surprotégeant la tour c5. Grâce à cette combinaison, Morozevitch récupéra son pion de retard tandis que les Blancs étaient affligés d'un pion isolé sur la colonne "e" et d'un roi dans les courants d'air. On pourrait rétorquer que le monarque blanc est plus actif que son homologue, mais avec des pièces lourdes comme la dame et une tour encore sur l'échiquier, mieux vaut être à l'abri.
La pression montant sur le pion isolé des Blancs, l'initiative était résolument passée du côté de Morozevitch. Et Bauer craqua le premier, au moment d'effectuer son 36e coup (voir diagramme ci-contre). Ici, Bauer joua 36. Dd4, pensant peut-être obliger les Noirs à échanger les dames puisque le Français ne menace rien moins que mat en h8. Sans doute avait-il aussi mal calculé la série de coups qui allait suivre et que je vous livre ici avec les principales variantes : 36... Df1+ 37. Rh4 (sur 37. Rg4 suit un mat en 3 coups par 37... f5+ 38. exf5 [ou 38. Rh4 g5+ 39. Rh5 Dh3 mat] Dxf5+ 39. Rh4 Dh5 mat) g5+ 38. Rg4 f5+ 39. exf5 De2+ (notez la manoeuvre instructive qui arrive et oblige le roi blanc à filer sur la deuxième rangée) 40. Rh3 Dh5+ 41. Rg2 Te2+ et les Blancs abandonnèrent ici. La seule manière de ne pas être mat en 2 coups consiste à donner la dame en f2, perspective déprimante. Si l'on revient à la position du diagramme, on s'aperçoit qu'il est extrêmement ardu de trouver un bon coup. Si les Blancs tentent de contrôler la case f1 par un coup comme 36. Dc4 (ou le direct Dd3) suit b5 ! Les Blancs ne peuvent se permettre de prendre le pion et de lâcher la protection de e4. Sur 37. Dd3 arrive le logique Tc7 qui menace de doubler sur la deuxième rangée. Ce qui oblige les Blancs à reculer encore avec 38. Dd2, qui est suivi de Df1+ 39. Dg2 Df6 attaquant la tour, 40. Td3 De6+ 41. g4 (Rh4 mène au suicide à cause de 41... Tc2 ! et si 42. Dxc2, déviant la dame de la protection de h3, g5+ 43. Rh5 Dh3 mat) h5 ! met les Blancs dans un zugzwang intenable. Je vous laisse analyser la position qui en résulte mais il s'avère que le thème de Tc2 l'emporte dans presque toutes les variantes. Pour revenir une dernière fois à la position du diagramme, je me demande si je n'aurais pas tenté le tout simple 36. Th8 Rxh8 37. Dd8+ Rg7 38. Dxe7. Les Noirs ont ensuite le choix d'attaquer par Df1+ (mais il n'y a plus de menace mortelle désormais) ou de prendre le pion a2. En tout état de cause, il me semble que le plan gagnant des Noirs est plus compliqué à trouver.
Ce spectaculaire tournoi me donne l'occasion d'accéder à la requête de certains, en vous proposant un problème tiré d'une partie jouée la semaine dernière à Pampelune. Les Blancs, menés par Dimitri Yakovenko, jouent et gagnent face à Miguel Illescas. A vos neurones (et sans Fritz) !

2 commentaires:

LeSmurf a dit…

Jolie partie!

domino a dit…

Je suis un peu surpris que sur 14 Tc7, les noirs aient répondu par 14..b6 car maintenant 15 Txc7 gagne une pièce, le mieux pour les noirs est 14..Cc5non?, enfin j'aimerais avoir votre avis.
Bien Cordialement
Domino